Avantages et risques

Presque toutes les procédures médicales, y compris les procédures d'imagerie qui ont recours au rayonnement, sont accompagnées de risques.

Le rayonnement en imagerie médicale a ses avantages

Pour un bref aperçu de la puissance de l'imagerie médicale, prenez en compte les faits suivants : 

  • L'utilisation de la mammographie pour dépister le cancer du sein a entraîné une baisse du taux de mortalité, une hausse du taux de survie et de meilleures options pour le traitement.1 
  • La coronarographie par tomodensitométrie pour examiner les vaisseaux cardiaques chez les patients souffrant de douleurs thoraciques oriente les décisions de traitement avec un haut degré de précision et permet d'éviter les interventions invasives coûteuses.2 
  • L'intégration de procédures d'imagerie médicale avancées dans le domaine des soins de santé a considérablement allongé l'espérance de vie aux États-Unis.3

1. American Cancer Society, Cancer Facts & Figures 2008, Atlanta: American Cancer Society; 2008
2. Budoff MJ, Dowe D, Jollis JG, et al. Diagnostic performance of 64-multidetector row coronary computed tomographic angiography for evaluation of coronary artery stenosis in individuals without known coronary artery disease: results from the prospective multicenter ACCURACY (Assessment by Coronary Computed Tomographic Angiography of Individuals Undergoing Invasive Coronary Angiography) trial. J Am Coll Cardiol. 2008;52:1724-1732.
3. Lichtenberg FR. The quality of medical care, behavioral risk factors, and longevity frowth. Int J Health Care Finance Econ. 2011;11:1-34

Risques

Le rayonnement en imagerie médicale comporte des risques.

Presque toutes les procédures médicales, y compris les procédures d'imagerie qui ont recours au rayonnement, sont accompagnées de risques. Les médecins et les patients devraient considérer attentivement les avantages et les risques potentiels lorsqu'ils envisagent de recourir à des techniques d'imagerie qui font appel à la radiation.

La situation clinique de chaque patient est différente, mais voici quelques facteurs que les fournisseurs de soins de santé devraient prendre en considération avant de décider si une procédure d'imagerie qui fait appel à la radiation médicale est justifiée ou non.

  • Quel est le but de la procédure? Par exemple, s'agit-il de poser un diagnostic, d'évaluer la réponse au traitement ou de procéder à un dépistage préventif?
  • Existe-t-il d'autres techniques d'imagerie qui permettraient d'atteindre le même objectif sans radiation médicale, comme l'échographie ou l'imagerie par résonance magnétique? 
  • Quels sont les risques associés au fait de ne pas avoir recours à la procédure d'imagerie?
  • Quel est l'âge du patient? Les risques pour les enfants et les adolescents sont différents de ceux des adultes.
  • La patiente est-elle enceinte, possiblement enceinte ou allaitante? 
  • Quelles sont les autres interventions que le patient est susceptible de subir au cours du bilan actuel?
  • Quelle est le niveau d'exposition au rayonnement de cette personne à la suite d'interventions médicales antérieures? Par exemple, la personne a-t-elle déjà subi plusieurs tomodensitogrammes ou examens de médecine nucléaire dans le passé?
  • Quelle est l'exposition aux rayonnements de cette personne dans son milieu de travail, le cas échéant?
  • L'examen d'imagerie sera-t-il effectué sur un équipement à faible dose?

Les fournisseurs de soins de santé et leurs patients sont encouragés à aborder ces questions et tout autre risque potentiel avec l'équipe de traitement, y compris le radiologiste chargé de superviser l'examen d'imagerie. 

Les médecins et autres fournisseurs de soins de santé peuvent consulter leurs collègues en radiologie ou un physicien médical pour de plus amples renseignements. 

Une question d'exposition

Une question d'exposition

L'unité de mesure standard pour le rayonnement absorbé par un individu est appelée ? Sievert ?, ou Sv (parfois définie par une unité plus petite appelée ? millisievert ?, ou mSv). Les examens d'imagerie médicale courants, comme les radiographies ou les mammographies, exposent généralement les patients à une dose de rayonnement inférieure à 1 mSv. D'autres procédures de tomodensitométrie, d’épreuve d’effort en médecine nucléaire ou d’examens guidés par fluoroscopie impliquent souvent un rayonnement de 5 à 40 mSv. De nouvelles avancées dans la technologie de tomodensitométrie, comme l’ASiR de GE Santé, ont permis de réduire le niveau de rayonnement typique pour les examens de tomodensitométrie à 1 à 15 mSv.

Le rayonnement peut également être exprimé en Gray (Gy), une unité de mesure de la dose de rayonnement absorbée. Cette unité remplace une ancienne unité de mesure appelée rad.

Une seule exposition à ces niveaux diagnostiques peut ne pas poser beaucoup de risques pour le patient. Mais lorsqu'un patient est soumis à de nombreux examens sur une certaine période, l'exposition cumulative peut accroître le niveau de risque. Afin de limiter le plus possible l'exposition cumulative, les médecins devraient déterminer si une intervention faisant appel à la radiation médicale est requise pour établir le diagnostic ou si une autre méthode d'imagerie peut produire les mêmes résultats diagnostiques.

Le numéro d'avril 2011 de l'American Journal of Radiology contient une série d'articles sur l'évaluation des avantages et des risques associés à la radiation médicale en imagerie. Les fournisseurs de soins de santé peuvent obtenir plus de renseignements en cliquant sur les liens PubMed ci-dessous.